Une vie de Gérard en Occident

Gérard Potier

Une vie de Gérard en Occident

Tout public dès 15 ans – Durée 1h10

Nous sommes dans le sous-sol salle-à-manger-cuisine de la maison de Gérard Airaudeau, à St-Jean-des-Oies, petite commune vendéenne.

Gérard raconte. Gérard « se » raconte. Il s’adresse à un jeune homme réfugié, accueilli chez lui pour quelques jours par l’intermédiaire de l’association Welcome.

Des années 70 à nos jours, de points en points sur la carte topographie de sa vie, de lieu en lieu, de boulot en boulot, de rencontres en amitiés et connaissances, on découvre le portrait errant d’un homme qui se livre doucement à travers le récit de son parcours.

Ce qui se dit en creux, c’est la rencontre silencieuse et ineffable de deux hommes, l’un qui écoute et l’autre qui parle. C’est un moment de délivrance, la découverte privilégiée et insoupçonnée d’une amitié fugitive.

Interprétation : Gérard Potier, Arnold Mensah. Texte : François Beaune. Collaboratrice artistique : Léna Paugam. Assistant mise en scène : Célio Bétrancourt-Couaillet. Création lumière : Éric Seldubuisson. Création sonore : Marine Igier. Production : Le Bazar Mythique. Partenaires : Le Moulin-du-Roc, Scène Nationale de Niort, Centre de Production des Paroles Contemporaines (Théâtre de l’Aire Libre & Festival Mythos), St-Jacques-de-la-Lande, Ville des Sables d’Olonne, Maison des Arts, Festival au Village, Brioux-sur-Boutonne, Ville de Cesson Sévigné, Ville de Liffré, Aide à la création Ville de La-Roche-sur-Yon Aide à la création Conseil Départemental de la Vendée, Aide à la création Région des Pays de la Loire.

Gérard Potier est un conteur hors-pair. Il manie l’art du récit avec humour et finesse. Il sait jouer des digressions et des ruptures, s’amuse des anecdotes les plus cocasses, savoure les mots singuliers et les personnages hauts-en-couleurs que François Beaune lui propose.
Le texte de ce spectacle a été écrit en partie pour lui, pour ses gestes et sa voix, pour son art, et parce qu’il connaît bien les routes et chemins de Vendée qui sont dépeintes ici. J’ai accepté de l’accompagner sur ce projet pour le voir travailler, observer les sentiers du conteur. Nous avons lu ensemble l’intégralité du roman à voix haute. C’est de ce travail d’écoute qu’est née notre collaboration. Il s’est agi de réfléchir au mariage de l’art du récit avec le théâtre. J’ai choisi de partir de la situation dramatique imposée par l’auteur d’Une Vie de Gérard en Occident : une soirée de veille où, dans le sous-sol-salle-à-manger-cuisine de Gérard Airaudeau, on attend la venue de plusieurs invités dont une députée du parti socialiste, soucieuse de rencontrer de « vrais gens » pour mener sa campagne locale. Nous avons ensuite travaillé à l’agencement des fragments du texte au sein d’une dramaturgie privilégiant la peinture sociale et politique du monde raconté par le héros du roman. Ainsi, le texte de ce spectacle se compose d’anecdotes hétéroclites, de miettes et de morceaux cousus en un paysage harmonieux.

François Beaune s’est attaché à composer le récit de la vie d’un homme imaginaire à partir d’une pléthore de témoignages réels issus d’une enquête réalisée entre 2015 et 2016 en Vendée dans les environs de La Roche-sur-Yon. Il a inventé pour son personnage éponyme un ancrage topographique fictionnel, la commune de St-Jean-des-Oies, et l’a mis en perspective avec le monde réel à travers la figure d’Aman, un jeune réfugié érythréen accueilli pour quelques jours chez Gérard Airaudeau grâce à l’association Welcome. C’est ainsi que, parcourant la Vendée, de l’Ile d’Yeu à La Roche-sur-Yon, en passant par La Motte et Les Herbiers, se racontent cinquante années du parcours d’un homme moderne marqué par les aléas de la condition ouvrière. Des années 70 à nos jours, de points en points sur la carte topographique, de lieu en lieu, de boulot en boulot, de rencontres en amitiés et connaissances, on découvre le portrait errant d’un homme qui se livre doucement à travers ses histoires.
Qu’est-ce qui justifie la prise de parole d’un personnage ? Qu’est-ce qui la motive ? Qu’est-ce qui la permet et l’entretient ? Il y a une dimension psychanalytique dans le dévoilement de la vie de Gérard. Ce qui se dit en creux, ici, c’est la rencontre silencieuse et ineffable de deux hommes, l’un qui écoute et l’autre qui parle. C’est un moment de délivrance, la découverte privilégiée et insoupçonnée d’une amitié fugitive. L’écoute d’Aman, maïeutique, procède à la libération d’un dire profond et intime. C’est parce qu’il ne parle pas qu’Aman, tout comme le personnage d’Abad dans Quai-Ouest de Koltès, agit sur la parole et l’amène vers son but véritable. Il est le négatif de la pièce comme la pièce l’est de lui-même, comme le disait très bien Bernard-Marie Koltès au sujet d’Abad. Dans le kairos de cette soirée d’attente, Gérard « se » raconte et ajoute des mots à des évènements scellés comme des images dans sa mémoire. « Pourquoi je te dis ça à toi, Aman ? C’est étrange la vie. J’en avais jamais parlé », dit-il. Peut-être fallait-il ce silence sage et poursuivi, le mystère de cette écoute active, attentive et appliquée pour que Gérard atteigne, aux confins de son récit, les moments de sa vie qu’il avait mis à distance ? L’universelle solitude se révèle avec sensibilité et délicatesse dans le surprenant échange de ces deux hommes."
Lena PAUGAM, metteure en scène

Découvrez l'artiste
Infos spectacle
  • Date
    21 mai 2019 21 h 00 min
  • Téléphone
  • Tarifs
    Tarifs
    Plein tarif : 13€, Tarif adhérent Arts du Récit : 8€, Tarif réduit (De 6 à 26 ans, étudiants, demandeurs d'emploi, famille à partir de 2 enfants et un adulte, personnes en situation de handicap) : 6€
  • Pass
    PASS 1 et 2