Christine Horman

christine horman festival conteuse

Elle dit « mon métier de conteuse m’emmène loin, au creux de mes rêves, au cœur des récits, des légendes, des contes, de la poésie, là où une âme se devine, là où parle sa langue. La langue de l’âme. Cette langue nous vient d’un monde vaste, inconnu, impossible à embrasser dans sa totalité. Elle est la voix d’un monde où l’on ne se promène qu’en silence, émerveillé.e.s . Parfois le murmure de l’ailleurs ouvre une porte qui donne sur notre maison. Alors, en de rares moments, pour nous, immobile sur le souffle du silence, l’âme danse. » Elle dit et les mots dansent avec elle, en elle et à travers nous.

« De bouche à oreille les histoires, les légendes, les récits sont là. Je prends le temps de leur tourner autour, de m’asseoir et rêver. Avec le public, les écoutants, les passionnés sur de nouveaux chemins, j’avance. Voir les sons, écouter le silence, entendre l’immobile, montrer l’ailleurs, frôler les morts, plonger dans la vie, trouver mots aux paroles, tel est mon métier de conteuse.
Je tends l’oreille, Mélusine murmure Sois entière et aime ta part monstrueuse, Héphaïstos crie Sors de la grotte où tu caches ta difformité, ils parlent et vivent pour moi. J’aime croire quand je raconte, que c’est Peter Pan, apparu dans mes rêves au bon moment, qui m’a emportée là, devant des gens disponibles et à l’écoute, là où je peux rendre au monde ce qui lui appartient… »

Voir pendant le festival

Infos et liens